Jouer sa carrière à table

Je vous rassure, loin de moi l’idée de donner ici des leçons sur la façon de tenir vos ustensiles (quoique parfois)… Pourtant, il faut bien reconnaître que votre comportement à table est loin d’être anodin et parfois lourd de conséquences. Cela en dit long sur votre position sociale et vos valeurs. Certes, la société évolue et les « bonnes manières » aussi. La diversité culturelle dans les organisations amène les cadres et professionnels à s’ajuster car chaque culture porte ses propres références en matière de « savoir –vivre ». Il y a donc de nombreuses façons de se tenir à table que l’on soit Nord-américain, Asiatique ou Européen mais il n’en reste pas moins que c’est un espace de discrimination sociale. Vous serez autant jugé sur votre connaissance des principes du savoir vivre que sur vos compétences professionnelles. De quoi réviser un peu son manuel d’éducation…

1 – Définir l’objectif de la rencontre. Par exemple, le déjeuner, généralement moins « officiel » que le lunch ou le souper, est un bon moment pour entretenir une relation d’affaires ou avoir un échange sur un point bien précis. Le lunch aussi, s’il est prévu pour une courte durée (1 heure). Si votre objectif est de négocier un gros contrat ou d’avoir un échange soutenu sur un sujet très important ou encore de remercier votre invité vous veillerez alors à réserver plus de temps ou encore choisir la formule du souper plus propice à une discussion privée. Quel que soit votre objectif, une des règles de base pour réussir un repas d’affaires est de chercher à faire plaisir en créant un moment d’intimité et de complicité. Transformer un simple lunch en un moment de plaisir et de détente contribue à créer une relation unique et privilégiée… N’est-ce pas là l’objectif ultime ?

2 – Lancer l’invitation : Selon le statut de votre invité, privilégiez le recours à son adjointe. Elle vous sera fort utile dans la collecte d’informations relatives à ses goûts alimentaires (ou restrictions) et elle pourra vous renseigner sur son agenda. Il est très utile de savoir que M. X a un restaurant préféré ou encore qu’il déteste les sushis… Veillez également à confirmer les détails la veille… Un rendez-vous à « midi pour le lunch » ne veut pas obligatoirement dire que vous allez vous rencontrer à 12h pile ! Certains auront en tête 12h15, 12h30 et d’autres 13h… Un endroit trop branché ou trop éloigné du lieu de travail peut être très ennuyant pour votre invité comme un lieu trop austère ou vieillot…Établissez une liste de vos endroits préférés selon ces critères et tenez à jour qui vous avez invité, quand et pourquoi (votre comptable vous en remerciera…).

3 –Arrivez 5 minutes en avance sur l’heure dite si vous êtes l’hôte et 5 minutes en retard (maximum 15 minutes) si vous êtes l’invité. Ces précieuses minutes vous permettront de repérer les lieux, changer de place la table si besoin et prendre connaissance du menu pour mieux conseiller votre invité. Éviter de commander une boisson avant ou de vous ruer sur le pain et le beurre. Mettez-le à l’aise immédiatement, faites bonne impression, levez-vous, serrez-lui la main et dites-lui que vous êtes heureux de pouvoir bénéficier de sa présence, brisez la glace dès le début du repas. Avant de commencer à manger, rappelez-vous vos « bonnes manières » ! À cet effet, je vous conseille de vous inspirer du livre de Florence Le Bras « Le guide du Savoir Vivre » Editions Marabout ou encore de consulter votre mère…

4 –Pour ceux qui passent tous leurs déjeuneurs, dîners et soupers au restaurant, garder sa ligne est un vrai casse-tête ! Si vous ne voulez pas vous retrouver avec 20 livres de trop rapidement, vous aurez tout intérêt à choisir des plats « santé », un peu plate certes, mais pensez à votre cholestérol … De toutes façons, vous n’êtes pas là uniquement pour apprécier la nourriture mais pour un objectif précis. Le restaurant n’est qu’un moyen, il ne faut pas en faire une finalité. Si vous êtes un fin planificateur, vous ne vous autoriserez qu’un « gros lunch bien arrosé » par semaine. Si vous devez faire la tournée de vos clients ou fournisseurs  importants pour les remercier ou pour célébrer un évènement, faites le sur un mois ou deux… Sauf bien sûr, si vous êtes un adepte du club de gym 4 heures par semaine. Mais restez vigilant et suivez votre invité, s’il prend du vin, prenez-en aussi, s’il est au régime ? Commander une salade avec lui.

5 – Gérer le service : Simple au premier abord… Si vous invitez, vous êtes responsable d’appeler le serveur pour commander les plats et l’addition. Parfois gênés, certains n’osent pas appeler le serveur ou encore le font de manière cavalière (en criant du bout de la salle…). Soyez vif, un simple regard ou geste et vous ferez comprendre au serveur que l’addition est pour vous… Le serveur est votre complice, ne l’oubliez pas ! Assurez-vous que vous avez de quoi payer et que votre compte de carte de crédit a été réglé ! Rien de plus gênant de se voir répondre que votre carte ne « passe pas… ». (Cela m’est déjà arrivé… et je m’en souviens encore !!)

Enfin, pour réussir ses repas d’affaires retenez que la compétence seule ne suffit pas … cela prend de la sauce autour… un peu comme un cadeau sans un bel emballage, l’impact est moins fort et l’objectif visé peut être manqué…

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#